extrait de mes bd extrait de mes bd extrait de mes bd extrait de mes bd extrait de mes bd extrait de mes bd

Trentaine ordinaire

Petit journal extime d'un trentenaire ordinaire        

mercredi 30 novembre 2005

Habillage (le réveil suite)

Bon ben j'en étais au moment où je sortais de la salle de bains nu comme au jour de ma naissance,
à part les chaussons (pour ne pas faire de traces humides), le caleçon de nuit (je me dois d'être respectable, il y a ma fille qui regarde quand même! même si ses yeux sont tournés vers la télé) et le t-shirt de nuit placé sur les épaules (pour ne pas l'oublier dans la salle de bain sinon je me fais engueuler).

Mon côté féminin se réveille dès que j'approche de l'armoire et se met à converser avec lui-même genre "comment vais-je m'habiller aujourd'hui?" "hier je portais telles couleurs, attention à changer un peu mais pas trop" et bien entendu le sacro-saint "pfff, j'ai plus rien à me mettre".
Mon côté masculin clôt la question en prenant le premier pantalon et la première chemise qui lui tombent sous la main (ce qui n'est pas plus mal, vu que je n'ai pas le droit d'allumer la lumière sous peine d'agression sonore de la part des éléments féminins de la famille: en fait je m'habille en gris, gris-foncé mais quand je sors dans le couloir, ça va de bleu à violet, pas toujours bien coordonné d'ailleurs ;-(

Pour la suite, je vous renvoie à un billet vieux déjà de quelques mois (et puis cela vous fera sortir de mon fil rss, bande de fainéants qui me lisez par aggrégateur interposé!)

Et puis, il faut bien désigner un volontaire, voyons, voyons, j'aimerais bien savoir comment se passe les matins de Roger qui squatte chez Matthieu (et je suis dégoûté car je pensais être le premier à lui passer une chaîne mais je viens de me faire passer devant justement aujourd'hui!!)


En conclusion, histoire que quelques couples s'engueulent à cause/grâce à moi, j'aimerais insister sur le fait que je plies mes habits de nuit et que je les range dans la commode : ma femme n'a pas à passer derrière moi sur ce coup-là!!!

jeudi 17 novembre 2005

Sortie de douche (reveil suite)

Bon ben j'en étais au moment où je sortais de la douche.

Je reviens dans la chambre, nu et en pleine forme pour sauter (sur) ma femme : ah non, ça c'était avant le premier enfant.
Je reviens dans la chambre, nu et avachi pour voir dans les yeux de ma femme la pitié et le dégoût que ma méforme (et mes formes) lui inspire : ah non, ça c'est dans 20 ans.
Je reviens dans la chambre en caleçon et en rentrant le ventre pour n'avoir de remarque ni de ma fille (pour ce qu'il y a dans le caleçon) ni de ma femme (pour ce qu'il y a dans/sur le ventre).

Bref instant de contentement (mêlé de mauvaise conscience tout de même) quand je vois le biberon à côté de la puce (de toutes façons, elle en boit très peu alors ça m'énerve de le préparer le matin),
je fais le tour du lit pour faire un bisous à ma dame qui s'est rallongée (si elle est convenablement placée, j'en profite pour lui embrasser une fesse),
puis je passe dans la "suite parentale" (pièce avec double-lavabo, toilettes et baignoire avec une seule entrée placée dans la chambre) - avant j'étais dans la "salle d'eau" (pièce avec lavabo et cabine de douche avec l'entrée placée dans un couloir).

Je me fais rattraper par une pulsion féminine en montant directement sur la balance mais bon, mon côté masculin est tel que j'oublie direct le poids affiché tant qu'il reste dans la fourchette 84-86,
je me coiffe (mal : un coup de peigne, pas de gel),
je me mets quelques pschits d'eau de toilette non identifiée (en prenant soin de ne pas prendre mon pendentif comme cible parce que sinon ça lui file un goût affreux quand je le mets en bouche)


To be continued...

mardi 15 novembre 2005

Pas prêt de sortir !!

Suite aux demandes de LN voici l'évolution (externe) de la bestiole.

On sait que c'est un petit mâle vu que ça tape comme s'il se croyait dans un match de tequouan tekendo karaté.

En plus des coups (de pieds, de coudes,...?), le petit salopard s'amuse à rouler sur lui-même, je vous jure qu'il y a plus de mouvements que dans ALIEN.

S'il continue comme cela, il va se choper sa première fessée avant même d'être sorti, c'est vrai quoi : moi je m'endors avec la main sur le ventre de ma femme et lui, il me réveille.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sinon la grossesse se passe bien. Une fois exclus les trucs comme mal de dos, col un peu ouvert, intolérance au sucre, fatigue, libido excessive (ah non, ça ce n'est pas un mauvais point), mauvaise humeur perpétuelle,... 

En plus pour ennuyer le monde, monsieur n'a pas l'intention de nous faire cadeau d'une demi-part d'impôt (faut dire qu'il risquerait de n'avoir qu'une fois des cadeaux à cause de la proximité de Noël) et devrait attendre au moins la deuxième quinzaine de janvier avant de pointer la tête.

jeudi 10 novembre 2005

Peluches marquées

Ce week-end, on a mis un peu d'ordre dans la chambre de la douchka.
On a ouvert les tiroirs et les boîtes de rangements et on a trié : ça valeur sentimentale, on garde ; ça elle joue avec, on garde ; le reste, dans le sac poubelle.
Mine de rien, on en a rempli 2 sacs poubelles (les grands de 100 litres) qui sont descendus direct dans la cave (notre cave, c'est 8 m² : quand tu ouvres la porte, tu t'écartes pour ne pas te faire écraser par ce qui tombe ; ce qui est à la cave, ce n'est pas pour être ressorti à un moment donné, c'est pour être oublié puis jeté lors du prochain déménagement).

Alors je vous préviens : dorénavant, je refuse tout jouet qui n'a pas au moins une des caractéristiques suivantes :
- cassable (donc pouvant être mis dans un sac poubelle qui ira cette fois-ci à la poubelle et pas à la cave)
- biodégradable (genre qui s'autodétruit s'il reste trop longtemps dans un placard)
- constitué de maximum 3 pièces (marre des dizaines de petites pièces qu'on ne sait pas quoi appartient à quoi)
- petit (je refuse tout ce qui fait plus de 10 centimètres)

Et en passant, je rajoute que je refuse aussi tout jouet qui n'a pas un interrupteur de volume (ou au moins une molette permettant de diminuer le son).

lundi 7 novembre 2005

Douche (réveil suite)

Bon ben j'en étais au moment où je passe de la station horizontale à la station assise.

J'oscille entre l'envie de me recoucher et la flemme de passer à la position verticale quand un neurone pétille et me fait justement remarquer que dans quelques secondes la gamine va réclamer son biberon : vaut mieux que je sois sous la douche à ce moment là!

N'écoutant que ma fainéantise, je baisse la tête, le poids m'entraîne en avant et je n'ai plus que le choix d'avancer si je ne veux pas m'exploser par terre.
Je fais quelques pas pour me retrouver dans la salle d'eau, me dépoile (non je n'enlève pas mes poils : je me déshabille) et place caleçon et t-shirt sur le lavabo (c'est là que je me rends compte que ma femme a de l'influence sur moi, il y a quelques années c'était lâché par terre)

Je rentre dans la cabine de douche en perdant (inverse de vainqueur) : les pieds résolument sur les bords, la pomme de douche dans la main et dirigée vers le bas, j'attends que l'eau chauffe de façon à ne pas recevoir une goutte d'eau froide (j'en profite pour réfléchir sur le fait que ma femme met le thermostat assez bas et pourtant qu'elle est incapable de mettre à l'eau en Bretagne).

Eau chaude enfin, j'accroche la pomme, me glisse sous le jet puis me brûle en pestant et me disant que demain je penserais à mettre le thermostat moins haut.
Après un rapide massage du visage pour bien humidifier la peau, je sors le nécessaire de rasage (oui je me rase sous la douche : quand je me rase au lavabo, je mets de l'eau partout et en plus je prends froid) et en quelques coups rapides, j'arrive à un semblant de rasage que si jamais on m'en fait la remarque, je dirais que c'est la faute de ma virilité débordante, que ça repousse super vite.

Je passe ensuite aux ablutions restantes en insistant sur les endroits où ça macère dans la journée et la nuit.
Tirilipinpon sur le chihuahua et j'en profite pour dire bonjour à Ovidie et Olivia qui viennent d'arriver, y'a pas de place mais on va se serrer un peu. J'aurais bien voulu que Samantha rentre aussi mais là franchement y'aurait même plus
d'air pour respirer donc elle reste dehors à regarder.
(les prénoms sont des private joke entre mâles : les mâle qui ne comprennent pas sont trop jeunes - ou des menteurs - ; les femelles qui comprennent, c'est bien, je suis fier de vous ;-))

Je finis par m'extirper du cocon bienfaisant de la douche, baisse le thermostat pour que ma femme n'ait pas à le bouger (petite attention gratuite vue qu'elle ne s'en doute pas), me sèche et signe le symbole de la croix en pestant contre les déo homme qui pique.

To be continued...

mercredi 2 novembre 2005

Ma belle-mère m'en veut

Je sais que je me plains pas (trop) souvent mais là ce n'est plus possible, il faut que cela sorte :

ma belle-mère me m'aime pas.

Oh, ce n'est pas la guerre ouverte mais ça se sent à plein de petits trucs.
Par exemple elle me prend pour Blanche-Neige, régulièrement elle essaie de m'empoisonner en me proposant des piments (et elle part d'un rire sardonique à glacer la moelle quand je refuse) ; même qu'une fois je l'ai surprise en pleine préparation d'une mixture abominable : je suis rentré dans la cuisine et j'ai du en sortir tout de suite tellement les yeux me piquaient à cause de la fumée pimentée qui y régnait.

Elle montent aussi ses enfants contre moi : eh Jid ci, et Jid là, il m'a changé mon tuyau de douche, il m'a monté tel meuble, il m'a acheté tel truc... Comment voulez-vous que mes beaufreres et bellesoeurs m'aiment bien après cela?

Pire elle monte surtout ma femme contre moi : j'ai presque interdiction de bouger, même pas le droit de laver un verre ou de me servir tout seul... alors forcément ma femme me prend pour un profiteur, que c'est sa mère qui doit faire tout.

Mais là ça fait un semaine qu'elle est à la maison et franchement je suis à bout de ses attaques quotidiennes:
imaginez que vous revenez du boulot, fatigué d'avoir blogué travaillé, vous ne pensez qu'à un petit potage suivi d'1 (voire 2 si vous vous sentez gourmands) yaourts, histoire de passer une petite soirée et une bonne nuit, mais en rentrant vous tombez directement sur ça.

Et moi je ne peux pas résister à cela et donc je mange trop et donc je dors mal:
machiavélique la belledoche!!