extrait de mes bd extrait de mes bd extrait de mes bd extrait de mes bd extrait de mes bd extrait de mes bd

Trentaine ordinaire

Petit journal extime d'un trentenaire ordinaire        

Changements (pas dans mon couple, merci de votre sollicitude)| sommaire | Famille je vous haime

On a les enfants qu…

On a les enfants qu'on élève, pas ceux qu'on mérite.

Pff, je ressors agacé de ce week-end chez des amis.
Ce sont de bons amis, suffisamment proches au niveau social pour qu'il n'y ait pas (trop) de dissensions/jalousies.

Mais au niveau enfants, on se croirait totalement à l'opposé.

Les leurs semblent proches de la perfection (vue du côté des parents):
autonomes et taiseux[1][2].

Même leur bébé est un rêve: quand tu le mets dans son parc, miracle il ne pleure pas et y reste tranquillement avec ses jouets.

Moi mes souvenirs de la période pouponnage, c'est apprendre à se servir d'un seul bras car l'autre est occupé à tenir le bébé contre le torse,
c'est marcher en rond presque 1 heure le temps qu'il s'endorme contre toi,
c'est me lamenter du prix de ce putain de parc qui ne sert à rien à part prendre de la place (et servir de rangement aux –trop- nombreux jouets et peluches) vu que le gamin n'y tient pas 10 secondes sans chialer,…

Encore maintenant, il faut surveiller le brossage des dents, préparer les habits, brosser les cheveux, jouer au UNO avec eux, les entendre dire "je m'ennuie" tout le week-end,…


Franchement, j'aurais adoré obtenir des enfants comme les leurs
sauf que je sais que ce n'était pas possible: il faut être capable de ne pas s'en occuper…


Je me souviens des 1ers mois où, resté seul pendant que l'autre faisait de courses, on ne se lavait pas de peur que le bébé se réveille pendant les 5 minutes de la douche (ou sinon avec le couffin devant la porte vitrée)…

Là, j'ai vu de mes yeux vu (et entendu de mes oreilles entendu) la scène suivante:
le bébé se réveille, puis réveille sa maman avec ses pleurs
la maman se lève, va dans la salle de bains procéder à ses ablutions matinales
puis seulement va s'occuper de son bébé.
En bref, un petit quart d'heure où le bébé pleure doucement.

Et tout est de la même veine: le coucher en 5 minutes chrono, le manger (pour les plus grands, pas pour le bébé) en mode complètement apériodique (au moment où un des parents y pense), envie de jouer: mets-toi un cd, va dans le jardin ou dans ta chambre…

Donc oui mes gamins sont loin d'être aussi autonomes que je le voudrais, oui ils sont toujours dans mes pattes et cela me saoule
Et sûrement parce que depuis qu'ils sont nés je suis à portée de voix (voire de bras), qu'au moindre cri ma femme ou moi déboulons, qu'ils n'ont appris à marcher seulement car nos biceps devenaient trop musclés,…


N'empêche que je ne regrette (presque) rien,

car les calins qu'ils nous font
ce sont des calins qu'ils nous rendent,
pas des calins qui leur ont manqué.


Notes

[1] Attention, ils savent très bien parler, seulement ils ne sont pratiquement jamais dans les pattes des adultes.

[2] Et ils font autant de bruit et de conneries que les miens

Trackbacks

Aucun trackback.

Les trackbacks pour ce billet sont fermés.

Commentaires

1. Le mercredi 15 décembre 2010 à 17:42, par sasa

Ah ah ah, je vois que la culture maghrébine de ta femme a bien déteint sur toi (ou tu l'avais déjà en toi) => un enfant heureux est un enfant choyé, scotché contre le sein H 24 (j'en sais quelque chose, ma mère est algérienne).

Sans doute que tout est une question d'équilibre. Pour ma part, j'ai eu la conjonction des deux situations entre ma mère (caressante et affectueuse, limite collante) et mon père (très distant et chantre de l'autonomie). Et bien à 30 ans, et même avant, je considère la réserve de mon père et son sens de l'indépendance tous aussi importants que l'affection sans réserve de ma mère.

2. Le mercredi 15 décembre 2010 à 18:18, par Carine

"sur-couvée par la grand-mère" : voilà ce qu'il y a écrit sur mon livret scolaire de fin de maternelle (oui, ma mémé d'amour vivait chez nous...)donc je me suis dit que l'on ne donnait jamais trop d'amour, câlins, bisous, papouilles à un enfant....Et j'ai fait pareil avec la mienne.Et, oui, elle peut être bien saoulante quand elle veut mais je suis super méga giga d'accord avec la fin de ton billet et je vais d'autant plus les savourer ses câlins.Merci

3. Le mercredi 15 décembre 2010 à 19:02, par Krysztof von Murphy

Bon, ça dépend des gamins. Et la version que les étrangers voient n'est pas celle que les parents subissent (les miens sont des perles… en public).

Il faut aussi savoir laisser le marmot râler cinq minutes pour penser parfois un peu à soi. Bébé doit comprendre que les parents ne sont pas à disposition 24h sur 24 avec 2 s de préavis. Ça dépend de l'âge aussi.

4. Le mercredi 15 décembre 2010 à 19:35, par Laurent du val de Loire

Cher Jid...

On fait comme on peut on espère le moins mal possible, selon sa personnalité, sa culture, etc..etc... Ne te traumatise pas..

La belle conclusion de ton post sera aujourd'hui, mon seul commentaire...

Laurent ( du val de Loire )

5. Le jeudi 16 décembre 2010 à 09:41, par cleanettte

Je sens Kristof bizarrement attaqué par ta conclusion. Je suis d'accord avec lui: mes enfants sont des anges à l'extérieur , et je n'ai aucun sens du sacrifice. Je sais d'expérience que les parents ne doivent pas s'oublier en route et qu'on peut quand même de temps en temps laisser un enfant ou même un bébé pleurer 5 min. Néanmoins je suis également convaincue que les enfants gagnent énormément en confiance en eux, en joie de vivre, en connaissance diverses et même à terme en autonomie quand on répond rapidement à leurs demandes. J'ai croisé bien trop d'enfants autonomisés par la contrainte mais avec des mines de dépressifs à moins de 10 ans pour avoir envie de la même chose pour les miens. Un enfant très autonome c'est parfois simplement un enfant qui a très confiance en lui mais souvent aujourd'hui tellement peu dans les adultes qui l'entourent qu'il ne cherche même pas leur aide.

6. Le jeudi 16 décembre 2010 à 10:15, par Enjeux finals

D'ac' avec Jid!

Ils nous les rendent bien nos câlins, nos réprimandes directes également. J'ai fait mon choix (les circonstances l'influencent parfois) mais je suis très content.

7. Le jeudi 16 décembre 2010 à 11:41, par Krysztof von Murphy

Comme d'hab, une question de juste milieu.

Cyrulnik parlait dans un article d'enfants « sécures » quand ils avaient été bien entourés et n'avaient pas peur d'aller vers les autres. (Certes, c'était aussi dans le contexte de maltraitance).

J'en ai vu aussi dans ma famille élevés de manière « autonome » qui l'ont mal supporté. Ça dépend de l'âge et du caractère, certains enfants sont plus câlins que d'autres.

Ajoutons la fameuse dualité mère couveuse / père protecteur-mais-qui-doit-séparer-maman-et-bébé, qui est en fait dans chacun d’entre nous. (Cas d'école : c'est moi qui ait persuadé ma femme de ne plus tenir bébé par l'épaule dans son bain : elle commençait à bien tenir assise, et de toute façon maman ne la lâchait pas des yeux : quel est le risque ?)

Comme disait Freud sur l'éducation : « de toute façon, vous ferez mal ! »

8. Le lundi 20 décembre 2010 à 12:48, par Didi

C'est étonnant le nombre de lectures que tu as eues pour un tel sujet. (les enfants) Si on compare avec les derners billets que tu as écrit, tes problèmes de couple ont eu beaucoup plus de lecteurs. C'est un signe des temps de s'occuper de nos problèmes de couple plutôt que de privilégier l'amour pour nos enfants? Le couple, le couple,,,,il fallait s'y attarder avant de faire des enfants. Une fois le premier rejeton arrivé, c'est trop tard, il faut embarquer dans le bateau et ramer les 2 ensemble jusqu'à la fin du voyage (j'entend la majorité de l'enfant ou son départ de la maison pour les études) la première échéance arrivée. Après on y reviendra au couple, et soit on continue de ramer dans la même direction ensemble, soit on se prend chacun une chaloupe et on part chacun de notre côté. En 2011 prenons donc une résolution d'amour, aimons-nous les uns les autres, toujours plus fort, ça changera peut-être les choses !!!

9. Le vendredi 24 décembre 2010 à 02:05, par Didi

Je te souhaites de passer une belle période de noel avec ta famille et tes amis. Et j'ajoute mes meilleurs voeux à tes lecteurs....

10. Le vendredi 24 décembre 2010 à 10:04, par jid repond au courrier

Sasa> Je ne sais pas trop d'où cela vient: je sais juste que j'adore avoir mes enfants dans les bras.

Carine>De rien

Krysztof von Murphy>Apprendre la "frustration" à un enfant est loin d'être facile

Laurent du val de Loire> j'avoue que j'en suis pas mal fier de ma conclusion merci.

Cleanettte> "Autonome" ou "Seul", ce n'est pas simple effectivement.

Enjeux finals>"on récolte ce que l'on sème"

Krysztof von Murphy> « de toute façon, vous ferez mal ! »
Je l'aime bien celle-là J

Didi>mes billets couples étaient "people", je comprends qu'ils aient des lecteurs (à défaut de succès)

Didi> pareillement, bien sûr

11. Le lundi 10 janvier 2011 à 17:20, par Titi

En 2011, ça ne change pas : j'aime beaucoup te lire (même quand je suis très en retard et que du coup je ne commente pas), merci à toi d'être toujours là.

12. Le jeudi 13 janvier 2011 à 12:47, par jid repond au courrier

Titi> merci à toi de commenter quand même (et bien entendu de lire).

Ajouter un commentaire

Si votre navigateur est compatible, vous pouvez vous aider de la barre d'outils placée au-dessus de la zone de saisie pour enrichir vos commentaires.

Derniers Commentaires

Dernières parutions