extrait de mes bd extrait de mes bd extrait de mes bd extrait de mes bd extrait de mes bd extrait de mes bd

Trentaine ordinaire

Petit journal extime d'un trentenaire ordinaire        

Boufchidor| sommaire | Les chansons

Agréable anecdote

Parce que les journaux ne relatent (presque) jamais les nouvelles agréables, je me permets de faire un aparté au thème de ce blog
(le thème, c'est moi, moi et moi et aussi un peu de moi quand j'ai le temps de parler de moi)

Et puis d'abord pourquoi les journaux ne font-ils que de l'information ciblée ou sensationnaliste?
A quand un journal des bonnes nouvelles? Je suis sûr que j'apprécierais de lire le matin des anecdotes sur
les petits bonheurs des gens.
(est-ce que je serais prêt à payer pour le faire, c'est autre chose.)

Cap'tain Fred !!
A quand le blog collectif des bonheurs? Le blog à lire qui fait du bien au coeur!

Donc voici ma petite anecdote (c'est un petit bonheur, ça finit relativement bien)
Hier une amie me téléphone, le genre de fille que tu ne peux que plaindre vu sa vie (et respecter, vu sa vie aussi): presque la quarantaine, 2 enfants de moins de 15 ans à la limite de l'échec scolaire, le mari parti (sans divorce/pension) et revenu au bout de 10 ans, travaille en usine principalement d'intérim en CDD, ses 2 CDI ont disparus dans des plans sociaux...

Là elle était en CDI depuis 2 ans dans une usine à 5 minutes de sa maison et paf samedi: lettre de licenciement suite à plan social (bah oui, pas trop jeune, pas trop vieille, un mari : en plein dans les critères pour être dans la
charrette).
Lundi, elle refoule sa dépression, enfourche son courage et son brouillon de CV (on n'a pas eu le temps de lui fournir des CV neufs) et fait le tour des agences d'intérim de sa campagne paumée : bernique de chez bernique, rien de rien, juste si on lui fait pas la gueule pour faire perdre du temps à ceux qui ont du boulot eux!
Le moral en berne, elle rentre chez elle, trouve un message sur son répondeur du patron de son ex-usine, téléphone en retour et se retrouve avec un rendez-vous dans l'heure.
"Finalement vu vos compétences, nous pensons que cela a été une erreur de vous licencier. Seriez-vous d'accord pour revenir? Nous comprendrons très bien que vous refusiez, mais nous vous proposons un poste un peu plus élevé et vous arrêterez de travailler de nuit."

Vous auriez entendu le bonheur (et le soulagement) dans sa voix au téléphone hier, vous seriez comme moi avec le soleil qui vous chante dans le coeur.

 

[Ajout] On lui a envoyé des fleurs, elle vient de nous remercier par téléphone : on s'est tous mis à chialer.

Trackbacks

Aucun trackback.

Les trackbacks pour ce billet sont fermés.

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Les commentaires pour ce billet sont fermés.

Derniers Commentaires

Dernières parutions